De bonnes choses

Posté par footnailloux le 11 octobre 2011

Seilh – US Nailloux : 1-0

Une fois n’est pas coutume, pas de résumé du match, mais un compte rendu des perfs individuelles des joueurs de l’usn.

Laurent : comme d’hab depuis un an, une belle présence dans sa surface, des sorties autoritaires, un vrai leadership dans le groupe. Ne peut rien sur le but.

Cédric : du Cédric dans le texte : discret, discipliné, solide. C’est simple, on n’a pas vu son attaquant. Avec en bonus track, la « spéciale Cédric » : la blessure de milieu de 2e mi-temps, avec reprise 15 mn après ! Rusé, le gamin…

Guillaume Crouzil : super énervant, de jouer contre lui. Il a l’air de planer à 10 000, vous laisse partir avec 5 mètres d’avance, puis met le turbo, vous chipe la balle fissa et finit en faisant trois tours sur lui-même, le tout avec le sourire espiègle de celui qui vous a joué un bon tour.

Chérif : fais-nous moins peur, stp Chérif. Ton idole, c’est Edmilson : les dribbles plein axe, les contrôles poitrine dans la surface, les relances au milieu de trois attaquants… tant que ça passe, c’est tout bon, c’est frisson. Mais quand ça ne passe pas…

Guitou : le brassard, ça vous change un homme. Autorité, sûreté du placement, efficacité des interventions : Guitou libéro, ça le fait. Avec Fabio Cannavaro, la preuve vivante qu’on peut être un bon défenseur central en mesurant moins d’ 1m45.

Math Alazet : un bon tir, puissant, précis, efficace. Problème : c’était pas à Seilh avec les copains, mais à la maison avec la copine.

Math l’Ancien : défensivement, du Toulalan : volontaire, batailleur, en cannes, même à la fin du match. Offensivement, du Toulalan aussi : aie aie aie…

Parniche : la mobylette naillousaine reprenait la compèt. Du coup, pas de folles chevauchées débridées, mais plutôt du boulot sérieux et solide. 

Costard :   quel pénible, celui-là. Soi-disant blessé, il court tout le temps, s’accroche à son adversaire, déborde, redéborde, res’accroche, recourt, res’accroche, centre, recentre… pénible, on vous dit !

François : 10, c’est pas forcément son poste. Mais il a su jouer juste, se battre, éliminer de temps en temps, se projeter vers l’avant. Le signe qu’il est en train de prendre sa place dans l’équipe ? A 10 mn de la fin du match, c’est à lui, qu’a été confié un coup franc intéressant. Futur taulier offensif de l’équipe, peut-être.

Max : surprise ! On l’avait quitté il y a un an, ipod sur les oreilles, avec le regard de celui qui hésite entre Secret Story et Fifa 11. Et on le retrouve impliqué, concentré, bagarreur, même ! Il nous a même semblé le voir esquisser un mouvement de repli défensif. L’effet Fifa 12, peut-être.

Olive : dur dur, isolé au milieu de la défense adverse et privé de bonnes munitions. Mais a réussi à être dangereux avec les miettes qu’il a eues. Attaquant à l’OM cette saison, c’est vraiment pas facile.

Zacharie : perso, c’est le premier Zacharie que je connaisse. Un prénom original, une tête sympa, que demande le peuple ?

Raul :  plus près du but, rendrait fous les défenseurs adverses, avec ses dribbles, ses feintes, ses frappes. Le hic, c’est qu’à Nailloux, on a tendance à jouer très, très bas.

Publié dans actu, résumés | Pas de Commentaire »

Paris est magique… Nailloux peut l’être aussi !

Posté par footnailloux le 11 septembre 2011

 Cornebarrieu / US Nailloux : 1-0

compo usn : Laurent – Cédric D, Guitou, Seb, Parniche – Math Jr, Thomas Bataille, Costard, Raul – François, Olive.    rempl. Guillaume C, Chérif, Math.      entr. O. Arzu, F. Haydn.

Etoiles usn (décernées par le blog) : Cédric D, Guitou.      Geste technique : Laurent, sortie hasardeuse suivie d’une parade exceptionnelle, à l’angle de la surface         

javierpastorepsgofficiel1.jpg 

Nailloux version Costard, PSG version Qatar : même combat

Léonardo a des antennes partout, même dans le Lauragais. Il a refilé à l’USN les recettes de son projet parisien : on recrute une dizaine de nouveaux joueurs (Ménez, Matuidi, Sissoko… Raul, Chérif, Costard, François, Kendy…), on fait venir un joueur-vedette (Pastore, Bataille), on maintient un entraîneur à tempérament (Kombouaré / Olivier et Franck), et on affirme ses ambitions (Champions League, montée). A Nailloux comme à Paris, la difficulté majeure est la même : concilier l’immédiate exigence de résultats et la nécessaire patience exigée par un tel projet.

Premier match au Parc : PSG : 0 / Lorient 1.

Logiquement, les débuts sont décevants. Face à Lorient, Ménez est transparent, Matuidi brouillon, Gameiro isolé, le fond de jeu catastrophique et le résultat, logique : Lorient vainqueur. Idem hier à Cornebarrieu : une défense naillousaine solide et bien placée, mais qui pêche par sa relance et qui finit par craquer ; un milieu trop étiré, qui visiblement, ne se trouve pas encore ; et devant, un Olive nerveux, appuyé par un François prometteur mais encore un peu tendre (oui François, attaquant en 2e série, on prend des coups tout le temps !). Le match est cependant équilibré, avec des duels qui se multiplient et qui témoignent d’une réelle envie de bien faire, côté naillousin. Mais rien à faire, les automatismes n’y sont pas : jamais plus de trois passes d’affilée ; un jeu de passes anémique, des tentatives de dribbles isolées, et une défaite prévisible.     

4e journée de championnat : PSG 3e

Evidemment, la tentation est forte, avec ce revers, de partir en vrille. Au PSG, Kombouaré a été à deux doigts de se faire virer ; Néné a commencé à faire sa capricieuse ; et la crise de novembre a failli être déclenchée dès le mois d’août ! Heureusement, Léo a su rester calme, le jeu a pu se mettre en place, et le PSG se retrouve sur le podium au bout de quatre journées.

Et si l’USN choisissait ce chemin, celui de la sérénité ?

Pourquoi ne pas éviter les attitudes d’énervement certes compréhensibles, mais inutiles : les bras levés en signe d’agacement ; les gueulantes alors qu’il y a 0-0 face à une bonne équipe ; les mises à l’index de certains joueurs, toujours les mêmes d’ailleurs ; et surtout, le fameux « c’est la faute de l’autre » : la défense ne relance pas, le milieu ne défend pas, l’attaque ne plante pas, et papati et patata…

Pourquoi ne pas s’appuyer sur les quelques satisfactions du match d’hier ? L’excellent match de Cédric Devora, par exemple ; la confirmation que Guitou peut être un libéro solide, souvent bien placé, rapide dans ses interventions ; l’indéniable potentiel offensif, supérieur à celui de l’an passé (Olive servi par Raul, Costard et François, ça va forcément faire des étincelles) ; la présence rassurante de Thomas Bataille, futur leader technique du groupe, dont les passes laser vont faire du bien quand il y aura du mouvement autour de lui ; la combativité de Math Jr, toujours là, et qu’il suffirait juste de cadrer un peu pour avoir un grand numéro 6 ; la régularité de Laurent ou de Seb… 

Le mot de la fin de Claude Makelele

L’auteur de ce blog, qui va tirer sa révérence pour passer à un autre métier (dépanneur occasionnel à l’USN, joueur régulier avec la Région), profite de ce dernier billet pour oser livrer un sentiment tout à fait personnel, accompagné de conseils qu’on pourra qualifier de conseils de daron. 

OUI, la montée est possible. OUI, la saison peut être excellente, avec une équipe renforcée sur le plan des individualités offensives. Mais à certaines conditions seulement : 1. rester calme et patient. Rome ne s’est pas faite en un jour !      2. s’appuyer sur l’amitié et la solidarité qui animent le groupe hors du terrain, pour bâtir un vrai collectif sur le terrain. Si on est potes, on le prouve aussi sur le rectangle vert.      3. définir puis bâtir le projet de jeu de l’équipe : veut-on une équipe de combat, faite pour les duels, les matchs au couteau, les ouvertures dans la profondeur, avec une défense solide et des contre-attaques coups-de-boutoir, façon Inter de Mourinho ; ou une équipe de Bataille, qui pose le jeu, cherche le jeu court, travaille les combinaisons dans les petits espaces, s’appuie sur une organisation claire et vise une certaine production de jeu ?       4. ne pas oublier qu’une équipe, c’est aussi un club. L’équipe réserve n’est pas au fin fond du désert, et doit être reliée à l’équipe 1.  

Bonne route les gars. Que la Force soit avec vous.

Publié dans actu, résumés | Pas de Commentaire »

Bouquet de buts pour la clôture

Posté par footnailloux le 29 mai 2011

US Nailloux – RC Muret : 3-3

compo : Laurent – Math, Rémi, Franck, Guillaume C – Math Jr, Romain, Seb, Guitou – Olive, David F.    rempl Lapin, Fred, Arnaud.     entr. Arzu.

Buts : David F, Olive (2)       Passes décs : Olive, Math Jr, Fred.

Etoile usn : Franck et Seb.        Gestes techniques : Guitou (percée ronaldinhesque suivie de tir façon la Dèche) ; Olive (3 roulettes-coups d’épaule) ; Romain (sauvetage sur la ligne) ; Laurent (duel gagné)           Patchak : Guitou (simulation de crampes emoticone)

Pour la dernière journée de championnat, l’US Nailloux a offert à ses nombreux supporters un joli match, enlevé, ouvert, riche en buts et en rebondissements.

Muret a pris l’avantage trois fois, grâce à la vitesse de ses attaquants et à la passivité des défenseurs naillousins. Malgré un Laurent encore une fois excellent, et un Franck souvent bien placé, les Murétains ont trouvé l’ouverture à trois reprises.

Hélas pour Muret, l’attaque naillousaine, peut-être stimulée par l’annonce d’une concurrence renforcée l’an prochain, était en forme. C’est d’abord David Farge qui prit tout le monde de vitesse, sur un amour de passe dans la profondeur d’Olive. Prototype de l’attaquant de rupture, digne du Nico Anelka de la période Arsenal, David l’Instit oublia femme, élèves et doutes, pour aller inscrire un but plein de sang-froid, d’une frappe à 4 rebonds, plein axe. Qui a dit que l’Education nationale était un mammouth ?  Ce fut ensuite au tour de Fred le Pompier, de se mettre en évidence. Au départ, une relance ratée de Math l’Ancien, bien rattrapée par l’Avvocato ; une fois n’est pas coutume, les passes s’enchaînent, jusqu’à ce que Fred s’arrache le long de la ligne de corner pour servir Olive. Plat du pied, but. Enfin, le dernier but fut du grand classique : coup de pied arrêté de Math Jr, tête d’Olive, lucarne.

Au final, un bon match pour terminer un championnat difficile. En route vers la saison prochaine, place au mercato (à suivre sur : http://www.facebook.com/profile.php?id=100002463453248), et un dernier message de Coach Arzu : « Merci à tous les joueurs pour cette année ».

photo : Seb, étoile usn du match

22224810140438328501010000246345324893378175429n1.jpg 

 

 

Publié dans résumés | Pas de Commentaire »

Opération Fort Knox à Nailloux

Posté par footnailloux le 12 mai 2011

22224810140438328501010000246345324893378175429n.jpg

US Nailloux – US Ramonville 3 : 0-0

compo : Laurent ; Math, Romain (cap), Franck, Cédric D  – Math Jr, Seb, Guitou, Arnaud – Olive, David F.    rempl. Lapin, Lilian M, Rémi.   coach Arzu.

Etoile usn : Laurent           ;      Geste technique : Romain (sauvetage sur sa ligne).       Patchak : Rémi (ascenseur sur le 4)

La différence entre le foot et le rugby, c’est qu’au foot, la meilleure équipe ne gagne pas forcément. Au rugby, si votre équipe est au-dessus, elle enfonce son adversaire, le met au supplice tout le match, empile essais et pénalités. 44 à 3, au final.  Alors qu’au foot, l’équipe présumée supérieure peut buter sur un gardien en forme, une défense regroupée, ou encore un poteau récalcitrant. C’est cette expérience qu’a connue ce soir l’US Ramonville, clairement au-dessus de l’usn sur les plans technique et tactique, mais incapable de marquer ce petit but qui aurait fait basculer le match en sa faveur.

1ère mi-temps : Ramonville en terrain conquis

Les joueurs de Ramonville sont venus pour gagner, et remporter les 4 points qui faciliteraient leur montée. Motivés, concentrés, ils attaquent le match tambour battant, sûrs de leur force. Petit hic : Nailloux est dans un bon soir. L’équipe est solidaire et bien en place. Kaizer Franck coupe toutes les trajectoires, Captain Romain harangue ses troupes tout en multipliant les interventions décisives, Seb l’Ancien fait du mal à son jeune adversaire. Conséquence directe : les assauts des visiteurs, pourtant incessants et de qualité, sont globalement maîtrisés, y compris les grandes montées du non moins grand 6 adverse.

2e mi-temps : plus près de West Bromwich Albion que du Nou Camp

A Nailloux, on est assez loin du jeu à la Barcelonaise. Les redoublements de passes, la recherche des intervalles, la maîtrise des petits espaces : on y travaillera, l’an prochain peut-être. En attendant, on joue comme en Premier League, version ventre mou (enfin, façon de parler) : on s’arrache, on va au duel, on ne lâche rien, on empêche l’aversaire de jouer. Et ce soir, ça marche ! Ramonville finit par se lasser, devant tant de combativité. Laurent reste impérial  de bout en bout, Math Jr sort ses tripes comme s’il devait les vendre, le milieu et l’attaque ne laissent par leur part au chien. Le nul est préservé, un bon 0-0 qui fait du bien au moral.  

Vidéo : Romain sauve un but sur sa ligne. Bravo Romain.

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans résumés | Pas de Commentaire »

St-O rince l’usn

Posté par footnailloux le 18 avril 2011

 Saint-Orens – US Nailloux : 5 – 0

compo : Laurent – Lilian M, Rémi, Lilian C, Cédric D – Math, Lapin, Seb, Guitou – Olive, Fred.    rempl. David l’Instit, Franck, Fanou.    entr. Arzu.

pas d’étoile usn – 0 but – 0 passe dec – 0 geste technique

1 patchak : Laurent (relance à la main directement dans les tribunes !)

Nailloux à fond de cale, St-O roupille

Les 30 premières minutes du match sont cruelles, pour l’usn. Les joueurs de St-O leur laissent en effet la possibilité d’y croire : faux rythme pour tout le monde, tête de Math sauvée sur la ligne par un défenseur local, débordement de Fred conclu par un centre-tir dangereux, bloc naillousin bien en place. « C’est mou, c’est mou », s’égosille le coach de St O. Trop mou, et surtout trop beau pour être vrai.

Réveil brutal

Le réveill sonne vers la demi-heure de jeu. Pas assez fort pour l’arrière-garde naillousaine, puisque une longue ouverture dans le dos de la défense centrale de l’usn suffit à la transpercer : 1-0, et la messe est dite. St O se contente alors d’accélérer de temps en temps pour semer la panique, hop hop hop un coup de rein sur la droite, hop hop hop un passement de jambes sur la gauche, hop hop hop Nailloux dans le cirage. Le match n’est plus, alors, qu’un long calvaire pour l’usn : 2-0, 3-0, 4-0, 5-0, à vrai dire on ne sait plus trop quel est le score. Les Naillousins sortent parfois la tête de l’eau (2 frappes pour Olive, un tête-à-tête avec le gardien pour David, quelques percées des grognards Lapin et Seb), mais le terrain est désespérément trop large, les attaquants trop rapides, les défenseurs trop rigoureux, les absents (Romain, Math Jr, Seydou, Parniche, autrement dit tout le milieu !) trop absents. La trêve de 3 semaines va faire du bien, aux corps comme aux têtes.  

Publié dans résumés | Pas de Commentaire »

Un verrou presque parfait

Posté par footnailloux le 28 mars 2011

Mahorais de Toulouse / US Nailloux : 1-0

compo : Math – Romain, Rémi, Lapin, Cédric D – Seb, Math Jr, Guitou, Seydou – David l’Instit, Fred.    rempl Olive.  

0 but, 0 passe déc.   ; Etoile usn : Cédric D   ; Geste technique : David (écrasement de pied adverse) ; Patchak : Rémi (carton blanc, certes sévère, mais mal tombé)

Catenaccio à la Naillousaine

Pour réussir un hold-up chez les leaders du championnat, l’usn avait un plan. Un plan à l’italienne, fermé à double tour, et qui a plutôt bien fonctionné : 3 milieux récupérateurs positionnés bas, qui se battent comme des chiens ; deux latéraux qui ne cèdent pas un pouce de terrain à leurs attaquants ; une charnière centrale pas très rapide, mais toujours bien placée ; un gardien remplaçant inspiré, dont l’idole, en 1980-1982, était un certain Dominique Baratelli ; des joueurs offensifs qui se dépouillent pour défendre, à la façon d’un Lisandro ou d’un Pierre-Yves André  ; et surtout, surtout, un état d’esprit exemplaire, une solidarité sans faille, un mental à la Soviétique. Risultato : 0-0 à la pause.

avtpsgborelli009.jpg 

photo : Math sort un ballon chaud.  

Coup de sifflet fatal

Mais pour réussir un hold-up, c’est bien connu, il faut un peu de réussite. Devant les nombreuses occasions ratées par les Mahorais, on a bien cru, dimanche, que l’usn aurait ce zeste de chance. Mais l’arbitre en a décidé autrement, à l’heure de jeu : tacle semble-t-il correct de Lapin… hésitation … oubli du bénéfice du doute… et penalty sifflé puis transformé : 1-0 pour les locaux. Dix minutes plus tard, alors que l’usn pousse pour égaliser : carton blanc pour le capitaine Rémi. Et encore 5 minutes plus tard : grosse occase pour Olive, à   40 cms de marquer le but de l’égalisation. Guitou a beau montrer qu’il y a du Gattuso en lui, Cédric dévor…er son attaquant, Romain terminer le match lessivé, le score en reste là.

Dommage pour l’usn. La victoire mahoraise était certes méritée (10 occases à 1), mais le match nul a été entraperçu. 

img105.jpg 

photo : Cédric, étoile usn du match.  

 

Publié dans résumés | Pas de Commentaire »

Gros mal de crâne

Posté par footnailloux le 22 mars 2011

   US Nailloux / Carbonne : 0-4

Compo : Laurent – Math, Franck, Rémi, Cédric D – Romain, Math Jr, Parniche, Seydou – Olive, Guitou.   Rempl. Lilian M, David F, Fred.       entr. Arzu.  Pas d’étoile usn – 0 but, 0 passe déc.

Patchaks : Franck (une « Koscielny » sur le 3e but) ; Math (un joli contrôle à la Sammy Traoré, idéal pour gâcher une non moins jolie contre-attaque).

Rien que d’y penser, ce match contre Carbonne, il donne mal à la tête. Les mêmes mots reviennent, en boucle : « frustration », « non-match », « y avait la place », « quel gâchis »… Des images, aussi : le but encaissé à la 2e minute (les joueurs pensaient peut-être que le match démarrait à 20h05 ?) ; la mésentente Laurent / Franck, copie conforme du but pris par Arsenal en finale de la League Cup (Koscielny / Sczesny) ; les deux buts pris sur corner, notamment l’énorme frappe sous la barre du chauve d’en face, une vraie gifle reçue pleine face, ou un uppercut plein menton, au choix…

  Bref, un match de cauchemar, un de plus. Un de ces matchs où curieusement, personne n’est passé  complètement au travers, personne ne s’est échappé des duels, personne n’a vraiment fui le combat ; mais un match où tout le monde a fait, en gros, n’importe quoi. Notamment balancer, loin, très loin de lui. Le ballon doit être bien brûlant, pour que tout le monde s’en débarrasse de cette manière. Et quand quelqu’un accepte de le porter un peu, c’est pour en abuser et finir par s’en faire déposséder, provoquant cris et hurlements  de toute l’équipe. Samedi soir, le FC Hollywood, c’était à Nailloux, pas au Bayern !

  Le pire, c’est que malgré tout ça, l’usn a eu des occases : pas moins de 7 à 8 situations chaudes, avec des un-contre-un face au gardien ! Mais là encore, psssssschittttttt.

  Une seule chose, à faire, maintenant : réagir, dès dimanche prochain. L’occasion est belle : ce sont les athlétiques Mahorais qu’il faudra défier, avec leur jeu tout en percussions, en duels physiquement physico-physiques. Un beau défi pour l’US Nailloux.

Publié dans résumés | Pas de Commentaire »

Festival de Nailloux

Posté par footnailloux le 21 février 2011

US Nailloux – Venerque : 5-0

compo : Laurent – Math, Rémi, Franck, Lilian M – Romain, Parniche, Guillaume C, Guitou – Olive, Fred.    rempl. Cédric D, Lapin, Seb.    Entr. Arzu.

Buts : Math, Romain, Olive, Guitou, Lapin.     Passes décs : Parniche, Franck, Math.

Etoile usn : Laurent.        Geste technique : Franck (high-kick sur le neuf, pas de carton)        Patchak : Romain (cri de joie après son but)

Une fois n’est pas coutume, le blog de l’usn ne revient pas sur le contenu du match (solidité de l’arrière-garde, densité physique du milieu, absence de jeu de passes, système de contres bien au point…), mais se concentre sur le feu d’artifice de buts qui a été tiré hier, contre la valeureuse mais faible équipe de Venerque.

Le plus attendu : but de Math

Lilian-légende-du-Lauragais l’avait dit ; Lilian M l’avait anticipé ; Coach Arzu l’avait exigé ; Romain l’a même annoncé avant le match (« Math, apporte + sur le plan offensif »)… et Math l’a fait. 22e mn : Corner de Parniche, tête rageuse de Math, but. Suffisait de demander. 

 Le plus douteux : but de Romain

Un gars qui part de son propre camp, voit l’ouverture dans la défense adverse, dézingue deux défenseurs d’un simple coup d’épaule, fusille le gardien et hurle sa joie comme Christophe Lambert dans Greystoke la légende de Tarzan : c’est louche. Ca sent l’éphedrine, l’EPO ou la coke. Et dire que ce gars-là enseigne le droit à la fac…

vidéo : Romain après son but.

Image de prévisualisation YouTube

Le plus classique : but d’Olive

Bon, là, rien d’original : un avant-centre dos au but, qui se retourne, raffute le libéro et décoche une belle frappe croisée dans le petit filet, c’est d’une banalité effroyable. Encore plus quand c’est signé Olive, déjà dix buts cette saison. RAS.

Le plus velouté : but de Guitou.

Un but tout en toucher, délicat et onctueux, du gauche, pleine lucarne, façon Nene, mais avec les yeux fermés. Bravo Guitou.  

 nene.jpg  + lesyeuxfermes.jpg  + yaourt1.jpg   = Guitou.

Le plus sauvage : but de Lapin  (ne pas confondre avec Arzu, le coach)

 Au départ, c’est calme : relance de Rémi façon Laurent Blanc, tête haute, regard lointain. Ca accélère un peu quand Math prolonge de la tête l’ouverture, dans le dos de la défense adverse. Et à la fin, c’est carrément l’équipée sauvage, avec un Lapin tout fou qui dépasse la vitesse de la lumière malgré sa chevelure inspirée de Torricelli, l’ancien latéral de la Juve.

torricelli.jpg 

Publié dans résumés | 2 Commentaires »

Pas grand chose à dire

Posté par footnailloux le 14 février 2011

Montaudran – US Nailloux : 2 – 0

compo : Laurent – Math, Rémi, Lilian C, Cédric D – Romain, Parniche, Guitou, Math Jr – David, Olive.     rempl. Franck, Fred, Lilian M.     entr. Arzu.

0 but, 0 passe déc, 0 étoile, 0 geste technique, 0 patchak : zéro !

Stats Canal + : possession de balle 78% Montaudran ; tirs Montaudran 14, usn 2 ; corners Montaudran 7, usn 2.

A votre avis, que se passe t-il quand une équipe est un peu plus technique, un peu plus physique, et un peu plus rapide, que celle qu’elle rencontre ? Elle gagne.

L’usn a fait illusion pendant une mi-temps : bien regroupée autour de la charnière Lilian – Rémi, avec un Romain bien positionné devant sa défense, l’usn a tenu le choc. 0-0 à la pause.

Mais Montaudran était plus fort que Nailloux hier, tout simplement. Les 10 premières minutes de la 2e mi-temps sont éloquentes : 10 situations de jeu, 10 occases pour les locaux. A la 11e, la défense naillousaine finit par craquer, Laurent se fait fusiller par le neuf adverse. Ca fait 1-0, et c’est amplement mérité. La suite du match est d’une terrifiante monotonie : Nailloux se bat, mais Montaudran gère tranquillement le match, avant de décider d’en terminer, froidement : l’énorme 6 local s’empare du ballon à 40 mètres du but, passe tout le monde en revue avant de loger le ballon dans la lucarne droite de Lolo. 

2-0 au final. Même scénario, même logique que le Lille – TFC de ce dimanche soir. Quand une équipe est plus forte que l’autre… 

Publié dans résumés | Pas de Commentaire »

Guerre Froide dans le Lauragais

Posté par footnailloux le 10 février 2011

US Nailloux / Gardouch : 1 – 1

compo : Laurent – Math, Rémi, Lilian C, Guillaume C - Math Jr, Romain, Parniche, Seydou – Olive, Fred.   rempl. Lilian M, David l’Instit, Cédric D.    Entr. Arzu.

 But : Fred              Etoiles usn : Lilian C, Guillaume C             Geste technique : Lilian C, pour son éternel crochet dans la surface : deux adversaires dans le vent et la clameur du stade.      Patchaks : Lilian M, frappe du tibia gauche, seul face au gardien par terre  ; Parniche, pour une phrase d’anthologie : « Les gars, quand on a le ballon, ils ne l’ont pas ».

Bloc contre bloc

D’entrée, le public comprend qu’il ne va pas assister à un feu d’artifice : les deux équipes sont en place, les marquages serrés, les duels âpres. Pas d’envolée lyrique ce soir, mais un vrai derby, un match de combat. Le futebol-arte, ce sera pour plus tard.

A ce jeu-là, l’usn se montre plutôt à son avantage : la défense tient bien le choc, face à une division offensive gardouchienne particulièrement menaçante. Organisée autour d’un Lilian impérial, elle peut compter sur le soutien d’un milieu batailleur, où l’artiste Seydou se met au diapason des milieux défensifs. 

Peu avant la mi-temps, l’usn parvient même à prendre l’avantage, grâce à un but d’attaquant de Fred le Pompier : parti à la limite du hors-jeu, il décoche une belle frappe croisée en pivot, forme de récompense de la bonne 1ère mi-temps naillousaine.

L’équilibre de la terreur

Dans ce match plus « Coupe de France » que « Champions League », Gardouch trouve ses marques. En 2e période, le match est équilibré : la possession de balle et l’occupation du terrain pour Gardouch, les occasions franches pour Nailloux (tête de Math qui frôle le poteau, grosse occase pour Lilian M en fin de match). Et c’est logiquement, vu la physionomie de l’ensemble du match, que Gardouch finit par égaliser. Les petites montées de température de fin de match n’y feront rien ; intimidations, provocs et scènes de comédie ne masquent pas l’essentiel : Nailloux et Gardouch se quittent dos à dos, meilleurs ennemis du monde.

Publié dans résumés | Pas de Commentaire »

123
 

Les Cyclo-Grimpistes vont e... |
Chevalfacile |
1 2 3 sport |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | LES FOULEES DUPLEIX - LANDR...
| Sportivement Tendre
| RUGBY NANCY SEICHAMPS Jun...